Principes clés

 Mémoire du corps

 

La psychanalyse corporelle repose sur le principe clé de lapsus corporel. C’est un mouvement involontaire mais toujours conscient. Accompagné, le corps va s’exprimer dans une série de lapsus de plus en plus intenses qui vont réveiller des couches de mémoire psychique.

pc mémoire

Cette technique a mis en évidence sept couches de mémoire physique associées à sept couches de mémoire psychique. Au fil de la traversée de ces couches de mémoire, on accède à un revécu intime dont la précision ne laisse aucune place aux interprétations. Le niveau 7 est le pallier d’une réconciliation profonde avec notre passé. C’est un niveau où un sens est donné à nos douleurs et où l’on parvient à un niveau de compréhension si fin sur notre histoire que l’on est désormais devant la conviction qu’il n’y existe plus « ni bourreau, ni victime ». Ce passé en paix ouvre la porte d’un présent plus serein. Cette nouvelle connaissance de soi est le terreau d’un quotidien apaisé, où nos jugements, nos agacements perdent de leur force à l’avantage d’une capacité d’acceptation de nos propres imperfections et de celles des autres.

« La nouvelle perfection, c’est l’imperfection heureuse » Gitta Mallasz

 Traumatismes

 

La psychanalyse corporelle identifie 4 traumatismes constructeurs de notre personnalité.

Sans titre-1

Un traumatisme fondateur : celui de la naissance.

Trois traumatismes constructeurs : celui de la petite-enfance, celui de l’enfance et celui de l’adolescence.

Le traumatisme en psychanalyse corporelle est toujours un sommet de douleur psychique, subjectif, qui résume toute une période de vie passée de la personne. C’est aussi l’affrontement de 2 forces antagonistes qui selon la période de vie à laquelle il se rattache relève de natures particulières et précises tels que mensonge-vérité, plaisir-honte et idéal-réalité. Pour trouver une solution à cet affrontement et sauver sa raison l’enfant du passé devra s’amputer d’une partie de la réalité : un moins voir pour moins souffrir. La manière unique avec laquelle il parviendra à sa solution sera le sceau d’un comportement cyclique et personnel qu’il répétera indéfiniment même à l’âge adulte. C’est aussi la naissance d’une définition de lui-même et par ce filtre, la naissance d’une vision de l’autre qui lui est propre. Toutes nos modalités relationnelles s’inscrivent ici. Nos « croyances »… comme par exemple : « celle de n’être jamais celui qui intéresse les autres », « de devoir toujours tout faire pour finalement n’aboutir à aucune reconnaissance », « celle de n’être jamais entendu, pas compris… »

Ce cycle, du fait de son caractère répétitif chronique s’appelle le cycle traumatique. Il constitue notre personnalité.

Revivre ces instants 4 clés jusqu’à la réconciliation nous donne une autres version de tous les instants quotidiens que nous traversons. Une version où les autres ne sont plus fatalement responsables de nos « malheurs ». La prise de conscience de notre propre responsabilité fait que nous pouvons reprendre pouvoir quand à la façon dont nous souhaitons vivre… le couple , la vie professionnelle, la famille, la vie professionnelle… et aussi notre créativité.

Nos peurs, nos angoisses, nos agacements quotidiens deviennent des rendez-vous qui nous rappellent l’enfant d’hier et qui appellent l’adulte que nous sommes à une tendresse, une compréhension de nous-même et des autres susceptible de transformer notre vie.

« Nous ne sommes faits que de ceux que nous aimons et rien d’autre » Christian Bobin